Communauté‎ > ‎Blog de la redac'‎ > ‎

Annonce de parution : La part de l'oeil - Slimane Touhami

publié le 22 nov. 2010 à 02:42 par Émulations Revue   [ mis à jour : 22 nov. 2010 à 02:45 ]
Nous vous annonçons la sortie du livre de Slimane Touhami docteur de l’EHESS et chercheur associé au Centre d’anthropologie sociale :

La part de l’œil.
Une ethnologie du Maghreb de France


Editions du CTHS, Paris, 2010


Cet ouvrage traduit le souci d’approcher l’expérience culturelle qui se tisse, jour après jour, dans le « Maghreb de France », cette diaspora née des vagues de migration du siècle dernier. A travers l’exemple de la relation à l’’aïn - l’œil, la fascination dans l’espace nord-africain, l’une des figures du malheur les plus couramment évoquées - il s’agit d’éclairer le lien entre des acteurs et une forme religieuse inscrite dans l’héritage culturel. Par un effort de recension des façons de faire et de penser, l’enquête ethnographique dans les quartiers populaires toulousains, cadre spatial de l’étude, permet d’accéder à un réel complexe, révélant, à l’heure du retour d’un culturalisme obtus, des modes d’expressions dynamiques ouverts au changement.

Saisir la place de l’’aïn en France, c’est nécessairement interroger des femmes qui s’imposent comme celles qui portent et mettent en pratique les savoirs. S’il renseigne sur les rôles féminins en exil, l’œil rend également compte d’autres aspects du quotidien des migrants et de leurs enfants. L’évocation du maléfice ouvre une lucarne sur le religieux, la parenté, la jeunesse et l’identité tels qu’ils se redéfinissent par-delà la mer. Ainsi s’esquissent, à travers la référence au regard mauvais, les contours d’une présence qui cultive sa part de singularité tout en participant à faire France.

Slimane Touhami est docteur de l’EHESS et chercheur associé au Centre d’anthropologie sociale (CAS-LISST-Université Toulouse le Mirail). Ses recherches actuelles portent sur les relations entre mémoire et ethnicité chez les héritiers de l'exil maghrébin; ou comment naissent et se manifestent des modes d'être singuliers qui articulent les références.

 

Comments