Communauté‎ > ‎Blog de la redac'‎ > ‎

Lodel ou Google Documents ?

publié le 31 juil. 2009 à 05:47 par Émulations Revue   [ mis à jour : 3 sept. 2009 à 02:26 ]

Petite note sur l’édition de la revue en ligne Emulations.

Comme le sait toute personne ayant déjà tenté l’expérience, mettre en ligne un article de longue taille rédigé avec Word et espérer lui donner un aspect acceptable peut être un véritable casse tête. Au bout de trois ans de tentatives infructueuses, nous avons trouvé une solution !


logo google docs
Au nombre des problèmes à résoudre, comptons la difficulté de placer le texte dans un espace réduit de la page web, l’impossibilité de manipuler les notes de bas de page systématiquement renvoyées tout en bas de la page web ou encore la disparition fréquente des illustrations et des images. Ne parlons même pas du lay-out général de la page web mise en ligne qu’il est impossible de faire ressembler, ne fut-ce qu’un tant soit peu, au lay-out de notre page d’accueil. Bref, mettre un article de longue taille et au format complexe en ligne avec les outils proposés par Word (ou par OpenOffice) donne un résultat catastrophique.

C’est pour cette raison que depuis trois ans, les articles de la revue ne sont disponibles qu’en PDF.

Nous éditons le site web de la revue avec le logiciel iweb de mac. Ce logiciel ne permet pas non plus de gérer facilement des contenus textes complexes puisque quand il est confronté à des notes de bas de pages importées de Word, il les supprime sans autres formes de procès. Depuis trois ans nous avons donc testé différentes possibilités pour mettre (enfin) notre contenu en version html grâce au logiciel Google Documents.

Ce choix ne s’est pas fait facilement. Lors de la mise en place de notre site web, notre premier réflex fut évidement de regarder du côté de Revues.org (leader de la mise en ligne de revue de sciences humaines) pour voir comment ils s’y prennent pour mettre en ligne tant de contenu scientifique au format html et de parvenir à une si bonne qualité de présentation au format HTML. Réponse : confronté à la même difficulté que nous, ils ont développé leur propre logiciel de gestion de contenu en ligne CMS appeléLodel. Lodel est capable, grâce un outil puissant de conversion de documents en XML et XHTML (Servoo), d’intégré les contenus complexes des articles directement dans les sites web des revues. Les éditeurs de la revue peuvent alors manipuler les textes très facilement. Les sites des revues hébergées par Revues.org fonctionnent donc comme des blogs (très) améliorés permettant de travailler la mise en forme d’articles complexes directement en ligne à partir d’une version Word de l’article importée dans le serveur. Bref, l’outil exact que nous cherchions.En 2007 et 2008, nous avons tenté d’employer ce logiciel puissant pour mettre en ligne notre contenu. Après installation sur notre serveur, nous avons pu très facilement mettre en ligne des versions html de nos articles très lisibles. Nous avons cependant choisi de ne pas donner accès à ces articles aux visiteurs de la revue pour plusieurs raison.

Le principal problème survenu est que nous n’avons pas réussi à intégrer graphiquement les articles édités avec Lodel dans notre site web. Lodel, comme tous les logiciels CMS, permet de réaliser et de construire l’ensemble du site web à partir d’une base de données. Il permet également de séparer la gestion du contenu du site de l’aspect graphique. L’aspect graphique de tout le site étant définit par des Templates (des gabarits) autonomes écrits dans un langage développé par les concepteurs de Lodel, le Lodelscript.

Pour conserver le lay-out de notre site nous aurions donc dû construire un nouveau Template ou adapter le Template par défaut, ce qui implique d’apprendre le Lodelscript. Or, sans remettre en cause la qualité et l’utilité de ce langage, l’investissement en temps demandé pour modifier nous même le Template de base (qui en 2007 n’était pas très attrayant…) est trop important que pour être réalisé de manière autodidacte pour les non-techniciens du web que nous sommes.

Un des choix établi pour construire notre site web est d’utiliser au maximum toutes les possibilités visuelles et graphiques à notre portée pour rendre la revue attractive et originale. L’emploi de Lodel nous aurait contraints (faute de connaissances techniques suffisantes, il faut l’avouer) à adopter une identité graphique assez rigide et proche de celle des autres revues déjà mise en ligne par cette plateforme, ce que nous ne voulions pas.

Iweb malgré son incapacité à gérer les articles longs nous permet d’être facilement maître de notre lay-out, mais aussi de pouvoir manipuler chaque pages de notre site de manière individuelle (de déterminer les balises titre, d’intégrer un script pour l’emploi d’un logiciel de mesure d’audience, d’avoir différent lay-out pour différentes partie du site, de définir nous même nos balises meta pour l’indexation google,…) Bref plus que Lodel c’est l’emploi de logiciel CMS que nous avons préférer refuser pour plus de flexibilité et d’autonomie graphique car au final, l’emploi d’un CMS (nous en avons testé d’autres : Spip, WordPress, Plone) nous prend plus de temps en apprentissage et en manipulation que ce qui nous est nécessaire pour mettre en page la revue deux fois par an en HTML. En conclusion Lodel serait l’outil idéal pour gérer notre contenu si nous étions capables de créer facilement un lay-out personnel donnant une identité visuelle différente, flexible et originale à notre revue.

N’employant pas Lodel, nous avons cependant trouvé une manière plus facile et flexible de manipuler nos articles longs pour les mettre en ligne au format html à partir de la suite de logiciel en ligne de Google.

Concrètement, Google propose un logiciel de traitement de texte complètement en ligne qui permet d’obtenir en partie les mêmes résultats que la combinaison Lodel/Servoo. Ce programme permet en effet d’éditer des documents de type Word directement en ligne, de les imprimer, de les publier sur le web mais aussi de les exporter comme page web.

Il est très facile d’importer un document Word et d’ensuite de le structurer pour le web. Google Documents propose en effet par défaut six niveaux hiérarchiques de titre ainsi qu’un format adapté aux  citations, mais surtout, Google Docs permet de gérer facilement les notes de base de page ainsi que l’aspect graphique de la page web générée.

La manière dont nous avons procéder pour produire les pages web avec Google Docs est la suivante : d’abord il faut créer un design web friendly pour le nouveau document. Cela se fait en insérant un tableau dans la page.

Nous avons opté pour une page web à deux colonnes (voir par exemple cet article). Une petite colonne à gauche pour reprendre la table des matières du numéro d’où est issu l’article et une large colonne à droite pour accueillir le texte complet de l’article. Au dessus de ces deux colonnes on retrouve la bannière du site et le menu de navigation de la page d’accueil simplement copié-collé depuis le site en ligne dans Firefox. Une fois ce lay-out réalisé il suffit d’importer l’article à partir de Word ou OpenOffice dans un nouveau document Google Docs et ensuite de copier-coller le contenu dans la bonne colonne de notre nouvelle page web. Par miracle, les notes de bas de page viennent se positionner en dessous du texte de l’article dans la colonne prévue et non pas tout en dessous de la page web. La dernière étape consiste à relire l’article et corriger les quelques erreurs de mise en page et de police. Nous avons ainsi pu en moins de 45 minutes reproduire grâce à cette technique un lay-out très similaire à notre page d’accueil créée avec iweb et obtenir une bonne version html de notre articles prête à mettre en ligne via FTP sur notre serveur.

Pour les pages suivante, il suffit de copier-coller le lay-out de la première page et de modifier le texte de l’article comme vu précédemment.

Evidement, la face sombre de cette méthode est que contrairement à Lodel, les index, les pages d’archive, la liste des auteurs, etc… ne se font pas tout seul, il faut chaque fois les refaire dans iweb à la main, ce qui prend un peu de temps, mais reste gérable pour le moment…

En résumé Google Docs possède les caractéristiques suivantes très utiles qui le rapprochent de Lodel mais surtout le distingue de Word et de OpenOffice :

  • La bonne gestion pour le web des notes de bas de page
  • La possibilité d’exporter des documents faits pour le web
  • La possibilité d’importer des documents Word complexes et de les convertir en web-friendly
  • La création d’un document html au code propre (comparé au code produit par Word et OpenOffice)
  • La possibilité de publier le contenu de la page directement en ligne sur le serveur de Google Documents en open access.
  • La possibilité de travail collaboratif en ligne

Les caractéristiques suivantes le rapproche d’un éditeur html wysiwyg et le différencie de Lodel

  • Possibilité de mettre en page des pages web au design agréable très facilement
  • La rapidité de mise en page
  • Possibilité de retravailler à la main le code html de chaque page
  • Possibilité de faire complètement varier le design de chaque numéro de la revue en insérant par exemple le sommaire complet du numéro dans une colonne, facilitant ainsi la navigation entre les articles d’un même numéro ou en insérant une bannière propre à chaque numéro
  • Possibilité de créer facilement un design différent  pour le site et les pages « fixes » et pour les pages articles aux formats html
  • La possibilité de travailler directement sur les images grâce à un éditeur permettant de modifier les tailles en % ou en pixel
  • Pas de possibilité de mise à jour automatique des pages d’index

En conclusion, Lodel reste évidement la référence la plus professionnelle pour mettre en ligne et organiser du contenu scientifique, cependant pour pouvoir l’employer sans aide extérieure il faut de sérieuses connaissances en design de page web. Une alternative valable peut donc être trouvée du côté de Google Documents qui permet à ceux qui font le choix de ne pas employer de CMS de gérer leurs contenus textes complexes simplement et avec de très bons résultats.



Commentaire reçu suite à la publication de cet article

Bonjour,

je trouve votre article très intéressant. Une petite précision toutefois : pour Lodel, comme pour Spip, Drupal, etc, il n’est pas absolument nécessaire d’apprendre le langage de script propre à chacun de ces outils (le Lodelscript dans le cas de Lodel). Avec une bonne connaissance des feuilles de style CSS, on peut déjà mettre en place une personnalisation de maquette intéressante. En témoigne par exemple le site Zen Garden qui montre tout ce qu’on peut faire en CSS : http://www.csszengarden.com

Cela peut valoir le coup d’investir dans l’acquisition de ce type de compétence car elle n’est pas liée à un outil particulier.

     par Pierre Mounier juin 15, 2009 at 9:52
Comments