Rubrique Varia‎ > ‎

Sur la ligne de front de l’emploi. Les politiques wallonnes d’accompagnement des demandeurs d’emploi dans l’isolement du bureau

publié le 10 déc. 2017 à 09:59 par Lionel Francou   [ mis à jour : 10 déc. 2017 à 23:42 ]
Par Antoine Printz

Doctorant en sociologie à l’Université catholique de Louvain, Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité (CRIDIS) (page Academia)

Mis en ligne le 10 décembre 2017

Pour citer cet article : Antoine Printz, « Sur la ligne de front de l’emploi. Les politiques wallones d’accompagnement des demandeurs d’emploi dans l’isolement du bureau », Émulations, en ligne. Mise en ligne le 10 décembre 2017. URL : http://www.revue-emulations.net/enligne/Printz-ligne-front-emploi-politiques-wallonnes

Résumé/Abstract

[Fr] La littérature a conclu à l’avènement, au cours des dernières décennies, de l’État social actif. Dans le champ de la gestion du chômage, ce changement de référent a résulté, le 30 avril 2004, en un accord de coopération relatif à l’accompagnement et au suivi actif des chômeurs : le chômage sera désormais traité en Belgique, et donc en Wallonie, selon des modalités particulières, celles de l’accompagnement personnalisé du demandeur d’emploi. Les politiques d’emploi doivent être opérées au plus près de ce dernier, au travers de dispositifs d’action individuels et encadrés par le conseiller-référent, nouveau professionnel de l’emploi. L’enquête qui suit vise à mettre en lumière les conséquences d’une telle modification de l’action publique, qui repose dorénavant sur une relation établie entre l’agent mandaté et l’allocataire dans l’isolement du bureau. Au cours d’une enquête qualitative auprès de conseillers-référents (entretiens semi-directifs et observations) au sein de trois lieux de l’Office wallon de la formation professionnelle et de l’emploi (Le Forem), nous avons dégagé ce qui pourrait constituer les traits marquants de la pratique de tels professionnels qui, bien qu’étant des agents de l’État, sont très éloignés de l’idéal-type de la bureaucratie wébérienne. Cette évolution des pratiques professionnelles porte l’espoir d’une sortie des carcans dépersonnalisés et asphyxiants de l’action bureaucratique, mais comporte le risque de l’introduction dans le travail de la variable morale et d’une iniquité de traitement.

Mots clés : chômage, politiques d’emploi, activation, individualisation, accompagnement

[En] During the last decades, literature has highlighted the emergence of the active welfare state. In the field of unemployment insurance, this shift resulted in the active support and supervision of job seekers. Unemployment is henceforth going to be dealt with under specific modalities in Belgium, hence in Wallonia. Those modalities are characterized by the personalized support of each job seeker. Employment policies must be carried out as close as possible to the job seeker, through supervised and personalized coaching by civil servants. The following research project will highlight the consequences of such a change regarding public action, which is now based on a close connection between state agents and beneficiaries, happening in the office’s isolation. Through a qualitative sociological survey (interviews and observation) among employees within three Belgian public career offices, we managed to identify the potential significant features of the activities of such agents, that are very far removed from the classical Weberian bureaucracy. This change carries the hope of a getting out of the depersonalized and suffocating stranglehold of the bureaucratic action but also the risk of introducing a potential disparity of treatment and a moral variable in this new way of supporting the unemployed.

Keywords: unemployment, employment policies, activation, individualization, support.


Ċ
Printz.pdf
(899k)
Lionel Francou,
10 déc. 2017 à 09:59